Le Camp Okutta


Une méthode efficace pour sensibiliser une population à une cause est sans aucun doute de développer chez elle le sentiment d’empathie, inverser les rôles, se mettre dans la peau de l’autre, c’est du moins ce qu’a fait l’organisation canadienne War Child Canada en diffusant sur Youtube une vidéo promotionnelle fictive d’un camp d’entraînement pour enfants, le Camp Okutta, un camp pour enfants soldats au Canada.

alt : http://www.youtube.com/v/jYohOaSy8qI

La mèche courte


«J’ai tenu son maillot pendant quelques secondes seulement, il (Zidane) s’est tourné vers moi, il m’a parlé en raillant, il m’a regardé avec super arrogance, de haut en bas: « si vraiment tu veux mon maillot, je te le donnerai après ». Je lui ai répondu avec une insulte, c’est vrai». Et cette insulte était donc: «Je préfère ta putain de soeur».
Voilà la
réplique faite par Marco Materazzi durant la finale de la coupe du monde 2006 à l’encontre de Zinédine Zidane et qui a valu l’expulsion du joueur français et la victoire de l’équipe italienne. Pourtant, n’importe qui ayant déjà pratiqué un sport d’équipe, vous dira que ce genre d’insulte est monnaie courante. Est-ce une raison pour frapper quelqu’un pour autant et risquer de mettre son équipe dans le pétrin ? J’avoue que je n’ai jamais compris les gens qui avaient la mèche aussi courte pour une insulte, des propos déplacés, une tentative évidente de provocation, une réplique épicée. Je veux bien croire que la soeur de Zidane est importante à ses yeux, mais « putain » il sait très bien que sa soeur n’est pas une pute, il connait la valeur de sa soeur et savait très bien que le joueur italien ne la connaissait pas, il aurait dû se servir de sa tête non pas comme une arme, mais comme un outil de réflexion et se dire que Materazzi ne cherchait au fond qu’à le provoquer. Geste complètement stupide et égoïste.

Les pays musulmans et l’aide humanitaire


Le Canada versera deux millions de dollars pour venir en aide aux sinistrés des régions d’Ica, de Pisco et de Lima, suite au tremblement de terre meurtrier au Pérou. On apprend également que les États-Unis débloqueront 100 000 $ pour répondre aux mesures d’urgence immédiates. L’Italie versera tant qu’à elle 200 000 euros. La commission européenne donnera un million d’euros, le Brésil doit envoyer de l’eau potable, de la bouffe, des médicaments et des abris temporaires aux victimes, alors que douze tonnes de nourritures et de médicaments sont envoyés par la Bolivie. Tout cela c’est sans compter l’aide humanitaire apportée par de nombreux pays, dont l’Espagne et plusieurs pays d’Amérique latine (Mexique, Equateur, Uruguay, Argentine, Venezuela, Colombie, Chili), plusieurs ONG, Croix-Rouge et Croissant-Rouge.
Mais je me pose une question, mais où sont les pays musulmans, je sais pas l’Iran, Dubaï, le Liban, le Maroc, l’Arabie Saoudite, l’Égypte, où sont les pays musulmans lorsque l’on a besoin d’eux ? Si quelqu’un est au courant qu’un pays musulmans a offert une contribution financière ou bien humanitaire au Pérou, envoyez-moi l’hyperlien. Bien entendu il y a le Croissant-Rouge, équivalent de la Croix-Rouge mais pour les pays musulmans, mais je n’ai pas entendu dire qu’un pays musulman en particulier avait offert son aide.

Une religion belliqueuse


Alors que certaines personnes bien pensantes évoquent à tout prix le retrait des troupes américaines de l’Irak, les islamistes continuent à massacrer des civils, à faire sauter des camions, tuant et blessant des centaines de personnes innocentes. C’est étranges d’entendre le silence de la go-gauche à ce sujet. Un soldat américain tue un civil, c’est la consternation. Un américain meurt au combat, c’est le drame, la tragédie. « Bush assassin, Bush assassin ! » crie-t-on dans les rues. Mais 250 yézidis meurent suite à des attentats (intention claire de tuer des civiles, des enfants, des innocents), alors oups, silence totale, Cindy Sheehan et sa clique restent muettes. Le pacifisme prôné par les opposants de la guerre en Irak est un pacifisme à sens unique. Le problème c’est que même si les américains se retiraient de l’Irak, la violence serait encore pire qu’elle ne l’est à l’heure actuelle. Certains diront que la présence américaine ne fait qu’attiser les conflits, mais dans cet attentat barbare perpétré contre cette communauté kurde sous prétexte que les yézidis sont anti-musulmans, on ne peut certes pas rejeter le blâme sur les américains. En effet, que viennent faire les américains dans cet acte terroriste ? absolument rien, si ce n’est qu’ils ont été les premiers à porter secours aux centaines de blessés. Les américains n’ont peut-être pas pu empêcher cet attentat, mais ils ne se sont pas croisés les bras à regarder des hommes, des femmes et des enfants agoniser. Ce ne sont pas eux non plus qui ont fait sauter le camion citerne. Il s’agit d’un acte de vengeance tout à fait gratuit qui aurait eu lieu même sans la présence militaire américaine.

Yvonne Ridley: Une féministe pro-talibane


Je ne connaissais pas Yvonne Ridley avant aujourd’hui, c’est en lisant par hasard le blog de Martin Leblanc que j’ai découvert une femme remarquable (cynisme), une féministe comme il semble s’en faire de plus en plus de nos jours, une féministe soumise à la loi des mâles, une féministe pro-talibane, une féministe gaucho-islamiste.
Après le 11 septembre 2001, la journaliste du journal anglais Sunday Express, se rend pour un reportage en terre afghane. Elle tente de passer incognito toute de burqa vêtue et traverse ainsi la frontière pakistanaise. Hors, malgré ce premier passage risqué, elle a malheureusement la malchance d’échapper sa caméra sous le regard attentif d’un taliban qui la capture aussitôt. Dix jours de détention, dix jours en cellule, sous le regard des talibans. Après sa libération, elle tient sa promesse faite à un imam de lire le Coran. Mais elle ne fait pas seulement que le lire, elle se convertit à la religion musulmane et décide, en bonne féministe qu’elle est, de porter le voile. Selon elle, une plus grande liberté est accordée aux femmes musulmanes qu’aux femmes protestantes ou chrétiennes. Il s’agit d’un pur cas du syndrome de Stockholm, l’agressée qui s’identifie à son agresseur, symptôme propre aux partisans de la go-gauche qui voient dans les Talibans, le Hezbollah, le Hamas et les différents groupes terroristes des rebelles, des défenseurs des valeurs humaines face à la méchante mondialisation, face aux valeurs matérialistes de l’Occident. Dichotomie gauchiste
.

Des oeuvres qui nous brûlent les mains


Alors que le politicien néerlandais Geert Wilders voudrait interdire le Coran, que le président du Parti pour la liberté compare à Mein Kampf d’Adolf Hitler, il y a en d’autres, tel monsieur Bienvenu Mbutu Mondondo qui demande à la société Moulinsart d’interdire tout simplement l’album de Tintin au Congo sous prétexte qu’il y aurait des propos racistes véhiculés dans cette oeuvre d’Hergé, des propos faisant l’éloge du colonialisme belge de l’époque, colonialisme qui aurait fait plusieurs centaines de milliers de victimes selon cet étudiant en sciences politiques. Ne devrait-on pas plutôt voir dans cette BD, comme dans le Coran ou bien comme dans Mein Kampf, des oeuvres reflétant le courant d’une époque, le reflet d’une vision, pourquoi chercher à tout prix à censurer ces oeuvres, ne devrait-on pas plutôt en parler, en discuter, les analyser pour mieux les critiquer, pour mieux les comprendre, pour mieux dénoncer leurs propos, au lieu de les foutre à l’index, au lieu des les brûler sur la place publique ? Alors que monsieur Mondondo désapprouve l’attitude paternaliste de Tintin (symbole de la Belgique) il est lui-même en train d’adopter cette attitude envers les bédéistes du monde entier.
Il y a quelques mois je
dénonçais le fait que certaines personnes se plaisent à revenir sur le passé, sur les horreurs du passé, déterrer les morts afin de culpabiliser le gouvernement présent qui n’a pourtant rien à voir avec les politiques prises à une autre époque. N’êtes-vous pas écoeuré de cette attitude victimaire et politiquement correct ?