Réponse à Stéphane Gendron


Je réagissais il y a quelques mois de cela aux propos du controversé maire de Huntington, Stéphane Gendron, après son passage à Tout le monde en parle. C’était le lendemain de l’émission, le 22 janvier dernier. Mon billet, que vous pouvez lire pour l’instant à mon ancienne adresse, vient de faire réagir monsieur Gendron. Je vous rapporte ici les deux commentaires que Stéphane Gendron a laissé sur mon blog en réaction à la critique que j’ai faite de son intervention à l’émission de Guy A. Lepage.
Premier commentaire:
Mon cher, je viens de lire vos propos concernant l’article de votre Blog me concernant. Premièrement, il n’a jamais été question du hamas dans mes propos concernant la Guerre entre le Liban et Israël. Je n’ai même pas prononcé ce mot en question. Par ailleurs, OUI, effectivement, Gaza est un camp de concentration des temps moderne, et libre à vous de penser le contraire. Vous irez tous de même visionner quelques reportages bien intéressant sur France24, dont celui-ci: http://www.france24.com/france24Public/fr/dossiers/grands-reportages/20070302-enfants-gaza.htmlAttention, je ne vous dit pas de changer votre opinion. Mais personnellement, vous devriez relire quelque peu vos livres d’histoire puisque les premiers terroristes dans l’histoire de la création de l’état d’Israël, c’était des Juïfs et non des arabes. Israël a commis des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. Même Louise Harbour l’a dit. Entre Harbour et Guy gendron, je préfère Harbour.
Stéphane Gendron

Voici maintenant ce que j’ai répondu au maire de Huntington:

Mon cher monsieur Gendron, vous devriez relire mon billet. En aucun cas je ne mentionne le fait que vous ayez parler du hamas dans votre entrevue.je voulais tout simplement soulever le fait qu’il faut tenir compte de ce que représente le hamas dans ce conflit. Je vous invite par ailleurs, au lieu de vous abreuver aux médias de masse qui ne font que transmettre la propagande victimaire des organisations terroristes palestiniennes, à vous documenter un peu plus sur l’autre version de la réalité. je vous conseille un très bon livre qui analyse les manipulations médiatiques faite par le hamas, du lavage de cerveau faite aux enfants, de la valorisation du martyre, du culte de la mort, de la haine entretenue constamment par ces organisations terroristes envers l’État d’Israël. Je vous conseille donc de lire La Guerre des Hommes Bombes de Paul Giniewski. Israël n’est jamais l’agresseur, la véritable force de résistance à mes yeux c’est Israël qui se doit de protéger sa population, une population entourrée de fanatiques religieux et d’islamo-fascistes. Je vous invite à lire également la charte du hamas et je vous mets au défi de trouver un texte aussi nazifiant du côté d’Israël.Merci de porter intérêt à ce blog.

En terminant voici le deuxième commentaire que l’animateur de l’émission radiophonique Sans compromis a laissé et auquel je n’ai pas répondu:

En parlant du mur, j’oubliais de vous mentionner: dans vos recherches, vous m’indiquerez pourquoi l’on sépare des communautés en deux de la sorte, et qu’Israël, dans la construction du mur, en profit pour empièter davantage sur le territoire Palestinien. Faites le bilan des morts de chaque côté, et vous pourrez constater que le nombre de Palestinien est plus élevé que le nombre de Juïfs. Je ne cautionne pas le terrorisme, mais je le comprends très bien. Dans une telle situation, à Gaza, que seriez-vous devenu vous mêmes dans les souliers d’un enfant Palestinien qui a vu ses frères et ses parents mourir, tués par l’armée israélienne ? Je vous jure que cette situation d’étouffement et de camp de concentration, ça vous déforme un cerveau et la réalité. Bien évidemment, du petit confort de votre cabane au Canada, il est difficile de comprendre.

Stéphane Gendron

Il faut dire que je n’ai pas l’habitude de répondre à ceux et celles qui prennent pourtant le temps d’écrire, de laisser des commentaires sur mon blog, la plupart de ces commentaires étant des commentaires peu constructifs et haineux, je ne suis pas du genre à entretenir la haine dans le langage. D’un autre côté je n’ai jamais censuré qui que ce soit sur mon blog, libre à chacun d’écrire ce que bon lui semble, dans le cas contraire cela irait contre ma pensée, mes valeurs de libre-penseur. Les commentaires laissés sur mon blog ne sont que le reflet d’une pensée qui diffère la plupart du temps de la mienne.

Dans le cas de monsieur Gendron, c’est différent, le maire de Huntington étant une personnalité publique, ses propos n’ont pas le même impact, ils ont une portée plus grande et par le fait même une responsabilité plus grande. Je vous invite dans un premier temps à visionner l’entrevue du maire Gendron à Tout le monde en parle, entrevue diffusée le 21 janvier 2007. Pour entendre ses propos concernant ce qu’il pense du gouvernement israélien et de la situation dans la Bande de Gaza, il faut se rendre à 7 minutes et 11 secondes à partir du début de la vidéo que voici:

Je crois bon de revenir sur quelques propos de monsieur Gendron. Je me dois de revenir sur ce que Stéphane Gendron qualifie dans un premier temps « d’erreurs techniques » de la part de l’armée israélienne, erreurs que l’invité de Guy A. Lepage n’arrive pas à digérer. En aucun cas il n’est fait mention dans ses propos des boucliers humains utilisés par les terroristes palestiniens, du fait que les terroristes utilisent la population locale pour mieux se protéger, que n’importe quel palestinien, qu’ils soient homme, femme ou enfant, peut camoufler une ceinture d’explosifs et peut être considéré comme un candidat au martyr. Oui effectivement il y a eu des enfants palestiniens qui sont morts dans ce conflit, il y a eu des femmes, il y a eu quelques centaines de mort j’en conviens, mais des morts il y en a eu également du côté des Israéliens et cette réalité nous avons tendance à l’oublier. Moins de morts, mais des morts tout de même, des enfants également, des enfants juifs morts, des enfants ciblés par les terroristes palestiniens volontairement. Dans ce cas-ci il ne s’agissait pas d’erreurs techniques mais bel et bien d’attentats contre des enfants juifs alors que Tsahal n’a jamais volontairement ciblé des enfants. La différence elle est là, Israël s’acharne depuis des années à combattre le terrorisme, a tenté à maintes reprises de conclure des accords de paix qui n’ont jamais été respectés par les groupes terroristes palestiniens, ce qui a toujours déclenché par la suite une escalade de violence.

Dans un deuxième temps, le mot nazisme semble utilisé aujourd’hui à toutes les sauces et est en train doucement de perdre toute sa portée et son poids symbolique. Peut-on reprocher à un peuple de vouloir se protéger des attaques terroristes, de vouloir contrôler les entrées et venues sur son territoire, alors que son territoire est entouré d’opposants, de martyrs, de groupes extrémistes qui ne veulent que sa peau et son extermination ? Je ne crois pas, Israël aime la vie et veut préserver la vie de ses citoyens. Il y a moins de morts aujourd’hui du côté de la population civile israélienne car le gouvernement israélien à tout fait, à tout mis en oeuvre, y compris la construction du fameux mur, pour protéger ses enfants, pour que ceux-ci n’aient plus la crainte d’aller à l’école, pour ne plus que les jeunes vivent dans la terreur alors qu’ils aimeraient aller dans les discotèques, ne sachant si un islamikaze se fera exploser la tronche au milieu de la piste de danse, visant délibéremment la population civile.

Le mur c’est cela monsieur Gendron, une veste anti-balle. Car ce que l’on montre à la télévision monsieur Gendron lorsque l’on montre des enfants lançant des pierres contre un blindé de Tsahal fait partie d’une propagande médiatique, ce n’est pas seulement que des pierres qui sont lancés par des enfants (en aucun cas vous n’avez critiqué l’utilisation d’enfants palestiniens en ligne de front par les groupes terroristes, sorte de bouclier humain faut-il le préciser, dénotant une extrême lâcheté de la part de ces organisations) mais des roquettes, des balles, oui monsieur Gendron je sais que vous savez que les terroristes sont armés jusqu’aux dents, mais pourquoi n’en avez-vous pas parlé au lieu de faire uniquement mention des pierres. C’est cela que j’appelle de la désinformation.

Non Israël n’est pas un régmie nazi. Les nazis ne furent menacés d’aucune façon par les juifs, ce sont plutôt les allemands à cette époque qui ont agressés les juifs. Durant la deuxième guerre mondiale l’armée allemande ne soignait pas les juifs, elle les laissait crever au bout de leur sang, alors qu’Israël s’empresse dans la mesure du possible de venir en aide aux blessés palestiniens. Non il n’y a pas de plan d’extermination de la part d’Israël, si un tel plan avait existé ce plan aurait été mis à contribution il y a bien longtemps et le peuple palestinien aurait été anéantie en peu de temps. Si Israël était le régime nazi des temps moderne, il ne chercherait pas à conclure des accords de paix avec les palestiniens et il ne ferait même pas d’effort pour que la Palestine devienne un État souverain. Camps de concentration monsieur Gendron, mais où sont les chambres à gaz ?

Je n’irai pas plus loin monsieur Gendron dans mon argumentation, je vous conseille par ailleurs de lire un peu plus sur l’islamisme, la pensée extrémistes, sur le Hamas, sur le Hezbollah, ne voyez pas dans ces organisations des défenseurs de la liberté, des révolutionnaires, des résistants, mais des groupuscules animés par la haine de l’autre, par la haine de la différence. Les véritables nazis ne sont pas ceux que vous croyez.

No Anorexia


Décidemment depuis quelques temps la publicité se veut provocante, faisant émerger des corps nus, des représentations de corps de femmes sous différentes coutures, de la teenager des pubs d’American Apparel aux bombes anatomiques d’un nouveau parfum (Vulva) à base de liquide vaginal, voici maintenant que la compagnie de vêtements No-l-ita fait sensation avec une nouvelle campagne publicitaire contre l’anorexie. Le photographe derrière cette campagne est nul autre qu’Oliviero Toscani, celui qui a rendu célèbre la compagnie Benetton pour ses publicités contre le racisme. La compagnie italienne cherche ainsi par cette publicité à dévaloriser ces jeunes femmes squelettiques que l’on retrouve trop souvent dans les défilés de mode, des jeunes adolescentes rachitiques, dépourvues de chair, qui ne sont au fond que de tristes portes manteaux. Magnifique initiative.

Déculpabiliser la pédophilie !!!


On parle beaucoup de pédophilie par les temps qui courent, la disparition de Cédrika Provencher et l’enquête du Journal de Montréal ont relancé le débat sur cette forme de perversion que la majorité de la population désapprouve. Mais saviez-vous qu’il existe une association prônant la légalité de la pédophilie, un regroupement basé à New York et San Francisco, la NAMBLA (North American Man/Boy Love Association ou si vous préférez l’Association nord-américaine pour l’amour entre les hommes et les adolescents) ? S’appuyant sur des textes de chercheurs dans le domaine, de scientifiques, de psychologues, la NAMBLA s’inscrit dans la mouvance de l’activisme pédophile qui aimerait bien pouvoir abolir l’âge légal, l’âge minimum pour avoir des relations sexuelles. Si l’adulte initie bien l’enfant, s’il ne force pas l’enfant à lui faire une fellation, s’il ne le viole pas, s’il pénètre le jeune garçon tout en douceur, alors où est le mal, mais d’où vient cette morale contraignante semblent dire cette joyeuse bande de pédophiles sans scrupules. Pour eux, une relation sexuelle avec un enfant est une chance unique pour l’enfant de découvrir sa sexualité, une chance unique d’acquérir en maturité, cela ne peut qu’avoir des effets bénéfiques pour l’enfant. Selon certaines études, le traumatisme chez l’enfant suite à une relation sexuelle avec un adulte serait plutôt le fruit de la culpabilité, de l’interdit social, d’un tabou qu’il faudrait remettre en question. La pédophilie ne serait selon eux qu’une façon comme une autre de vivre sa sexualité au même titre que les échangistes, ceux qui pratiquent le triolisme ou le sado-masochisme. Selon la NAMBLA, les enfants devraient être libres de choisir leur sexualité. Wow ! Mais où est-ce qu’on s’en va comme ça ?

Des pubs à la limite de la pornographie juvénile


À l’instar de la compagnie Benetton il y a quelques années, la compagnie de textile américaine American Apparel basée à Los Angeles, fait beaucoup parler d’elle depuis quelques temps avec ses publicités qu’elle qualifie elle-même de provocantes, des publicités à la limite de la pornographie juvénile, des jeunes filles à moitié nue, dont on se demande si elles ont atteint la majorité, prennent des poses lascives, invitantes, aguichantes, à la limite d’une certaine culture « trash ». Certaines de ces filles ont carrément l’air droguées comme si elles faisaient partie d’un réseau de prostitution juvénile, qu’elles avaient été enlevées et vendues par des mafieux soviétiques pour être exposées dans des magazines. Pourtant la société californienne s’enorgueillit de ne pas recourir aux sweatshop offrant à ses employés de bonnes conditions de travail, un salaire horaire de 13 $ de l’heure et refusant pour l’instant de s’implanter dans d’autres villes que Los Angeles. De plus la compagnie est fière de dire que 20 % du cotton qu’elle utilise dans ses vêtements est d’origine biologique, la compagnie prévoyant d’ici quatre ans faire grimper ce chiffre jusqu’à 80 %.

D’un côté nous avons une compagnie qui s’efforce de respecter l’environnement et qui tente d’offrir les meilleurs conditions de travail à ses employés et de l’autre côté, à travers l’image qu’elle projette, offre une image permettant à de nombreux pédophiles de s’astiquer le manche derrière son écran ou son magazine.

Pédophiles aux bouts des doigts


Inquiétante l’enquête effectué par Le Journal de Montréal sur l’extrême facilité qu’ont les pédophiles à entrer en contact avec des enfants par le biais d’internet. Voyez l’entrevue d’un des journalistes enquêteurs, Stéphane Alarie qui explique comment il s’y est pris pour attraper ces pédophiles.

Pour voir l’entrevue: Canoë

Échec du multiculturalisme


Le multiculturalisme est-il un échec ? C’est ce que pense le présentateur britannique George Alagiah. Selon le présentateur de la BBC d’origine sri-lankaise, le Québec ne devrait pas faire la même erreur que la Grande-Bretagne et permettre à tous ses nouveaux arrivants, à tous ses immigrants, de faire ce que bon leur semble. Les nouveaux immigrants doivent être encadrés et intégrés. Pourquoi ? Tout simplement pour éviter la ghettoïsation, l’apartheid culturel. Sans intégration les différentes communautés ethniques, religieuses, se regroupent, s’isolent, et forment des ghettos, il n’y a plus de mélange culturel, les nouveaux venus refusent de s’intégrer à leur pays d’adoption. Il n’est d’ailleurs pas rare au Québec de voir des propriétaire de dépanneur d’origine chinoise, travaillant pourtant en région et même dans les grands centres urbains depuis plusieurs années, ne s’achant que dire « merci », « oui » et « non » ou bien « tank you », « no » et « yes ».
L’auteur de A Home from Home souligne par ailleurs le fait que ce manque d’intégration des minorités culturelles, des nouveaux immigrants a probablement eu pour effet dans son pays d’adoption, la Grande-Bretagne, de favoriser le développement au sein de la culture musulmane de pensées extrémistes, radicales. Il y a eux et nous.
Source: Cyberpresse