Voter pour une couleur de peau


81 % des électeurs noirs ont voté pour Barak Obama en Caroline du Sud

Le choix d’un candidat aux élections semblent plutôt dû, s’il faut en croire certains, à une identification plutôt qu’à un partage des idées.  Si je m’identifie au candidat je vais voter pour lui, si je suis gai je vais voter pour un candidat gai (comme lors des dernières élections au Québec, même que Lise Payette aurait voté pour André Boisclair parce qu’il était gai et qu’elle pouvait s’identifier à lui car les femmes sont également minoritaires en politique) et si je suis noir, comme aux dernières élections du partie démocrates en Caroline du Sud, je vais voter pour Barack Obama.  En effet 81 % des électeurs noirs en Caroline du Sud auraient voté pour le candidat démocrate.  Même si Obama affirme qu’il n’existe qu’une seule Caroline du Sud comme il existe qu’un seul pays, sans discrimination de race, sans partage entre noirs et blancs, il reste tout de même un fait, les noirs votent pour des noirs, les homosexuels pour des homosexuels, les femmes pour des femmes, bref le facteur identification semble jouer un rôle primordial dans une campagne électorale au détriment du contenu et des idées.  On se fout pas mal de ce qu’Obama nous propose, nous votons pour son image, pour une couleur de peau, parce qu’il nous ressemble. 

Dieu hait les tapettes !


« Le Congrès ne fera aucune loi qui touche l’établissement ou interdise le libre exercice d’une religion, ni qui restreigne la liberté de la parole ou de la presse, ou le droit qu’a le peuple de s’assembler paisiblement et d’adresser des pétitions au gouvernement pour la réparation des torts dont il a à se plaindre. » (Ier amendement de la Constitution américaine)

Petites filles portant un chandail de l'un des sites internet de l'église baptiste Westboro Baptist Church, godhatesfags.comL’année dernière je vous parlais de ces deux soeurs jumelles néo-nazies, les Prussian Blue, qui chantaient les louanges de Rudolph Hess tout en portant fièrement le t-shirt d’un bonhomme sourire jaune avec une petite moustache noire (on aura deviné de qui il s’agit). Et bien si les États-Unis sont capables du meilleur, ils sont également capable du pire, le premier amendement de la constitution américaine étant là pour nous le rappeler.  C’est ainsi que racistes et homophobes peuvent s’en donner à coeur joie car  n’importe qui peut écrire, diffuser, manifester ses opinions aux États-Unis, n’importe quel individu peut écrire ce qu’il veut sur le président américain (ce qui est une bonne chose en soi) mais peut aussi se présenter dans les rues avec des pancartes, des affiches homophobes et inviter les gens à se réunir autour de la tombe de Heath Ledger question d’aller cracher sur sa mémoire. 

C’est dû moins ce que compte faire la secte baptiste  Westboro Baptist Church, dont le chef « spirituel » Fred Phelps est ouvertement homophobe.  Si certains font preuve de négationnisme comme le président iranien Mahmoud Ahmadinejad (voir la vidéo ci-bas), niant qu’il y ait des homosexuels dans son pays, comme il nia il y a quelques mois la Shoah, certains comme Fred Phelps en plus de dire qu’il y a des homosexuels, en plus de parler de cette réalité la critique et la condamne en utilisant évidemment Dieu comme épée.

Est-ce que les États-Unis devraient selon vous continuer à respecter le premier amendement ou bien remettre en question ce dernier et faire comme dans certains pays européens et condamner ouvertement tout acte raciste et homophobe ?  Jusqu’où doit aller la liberté d’expression ?

Petit reportage nous montrant l’église de Fred Phelps et quelques-uns de ses disciples:

Extrait de la conférence donnée à l’université Columbia à New York par le président iranien Mahmoud Ahmadinejad:

James Richard Cross et le pâté chinois


Que diriez-vous si Radio-Canada faisait une entrevue en direct avec un représentant des FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie) question de parler de Clara Rojas, de la bouffe locale qu’on lui servait pour souper, tout cela sur un ton complètement badin, humoristique, admiratif, comme si le terroriste en question, le preneur d’otages, faisait partie de l’histoire, comme si l’interviewer avait devant lui une page d’histoire, un monument, une légende vivante, et que tout ce qui sortait de sa bouche, sans aucune considération pour les victimes, était drôle, la prise d’otage n’étant au fond qu’une simple anecdote historique, qu’un petit fait divers sans importance. 

C’est pourtant l’attitude qu’on adopté Christiane Charette et Nathalie Petrowski lors de l’émission de madame Charette sur la première chaîne de Radio-Canada le 18 janvier dernier.  (cliquez ici pour écouter l’entrevue d’une durée de 11:44).  L’invité n’était nul autre qu’un membre du FLQ (Front de Libération du Québec), première organisation terroriste québécoise à l’origine de l’enlèvement du diplomate britannique James Richard Cross (à l’origine de la crise d’octobre 1970) et de la mort du ministre Pierre Laporte. Jacques Lanctôt qui après avoir eu sa propre maison d’édition pendant plusieurs années écrit maintenant des chroniques dans le Journal de Montréal appartenant, faut-il le rappeller, à l’entreprise Quebecor, ce qui revient à dire que Quebecor embauche d’anciens terroristes, dont une chronique sur le pâté chinois.  En voici d’ailleurs un extrait:

« Il y a longtemps que nous, du FLQ de l’époque, l’avions pressenti, cela dit sans triomphalisme aucun. Et c’est ainsi que nous avions fièrement présenté ce noble plat des humbles travailleurs au délégué commercial britannique James Cross, que nous détenions dans la maison de la rue des Récollets, à Montréal-Nord. Ce plat, mijoté collectivement dans les cuisines de cette même maison, selon une recette de ma mère, certainement la meilleure, avait été offert ainsi au délégué britannique, avec sans doute ketchup et tranches de pain Weston ou POM. Mais celui-ci, manifestement, ne semblait certainement pas avoir déjà mangé un tel assemblage culinaire, à première vue hétéroclite, s’il faut en croire son regard interrogateur, je m’en souviens parfaitement, au moment où lui fut présenté son repas du soir. Je ne saurais dire s’il a apprécié, mais chose certaine, il venait de découvrir, ce jour-là d’octobre 1970, ce que les Québécois d’origine modeste mangeaient fréquemment, faute de filet mignon, de foie gras ou de homard. »

Et monsieur Lanctôt de rajouter un peu plus loin:

« Malheureusement, les médias n’avaient pas été invités pour filmer l’événement, on comprendra pourquoi. Je rigole, mais… « 

Je rigole et bien quel drôle d’anecdote, faut bien en rire aujourd’hui, ce n’est pas à tous les jours qu’on peut se vanter d’enlever un représentant commercial britannique, de le séquestrer pendant près de deux mois, de lui faire donner la frousse de sa vie et en plus de lui faire bouffer de la bonne bouffe de prolétaire, un bon pâté chinois.  Non mais qu’est-ce qu’on rigole.  Durant l’entrevue à l’émission de Christiane Charette, alors que monsieur Lanctôt revient sur ce souper servi à monsieur Cross, Nathalie Petrowski s’esclaffant de rire lui dit:   » C’est dommage que le Pied de Cochon n’existait pas vous auriez pu lui donner une poutine au foie gras « . 

Heureusement que Josée Legault et Christine St-Pierre ont remis les choses en place et ont calmé les ardeurs de madame Charette et Petrowski.  Tiens tandis que j’y pense, le FLQ était un mouvement marxiste.  Les FARC aussi. 

Voici en terminant quelques vidéos sur la crise d’octobre, question de nous rafraîchir la mémoire et pour nous montrer ce que le terrorisme peut engendrer.

Vidéo sur l’enlèvement de James Richard Cross:

Vidéo sur la mort du ministre Pierre Laporte:

Propagande gauchiste


Vous vous souvenez probablement de la capsule de Jean-René Dufort dans le cadre de son émission Infoman 2006, celle où monsieur Dufort s’amusait, avec son éternel ton sarcastique, à dépeindre le Hezbollah comme une organisation tout à fait pacifique, comparant les lances-roquettes du groupe terroriste à des tuyaux de poêle, donnant une image tout à fait débonnaire, festive (les réunions du Hezbollah étant comparé au festival de Jazz de Montréal), de ce mouvement politique qui est prêt à tout pour expédier Israël en Alaska.  Pour ceux qui n’auraient pas eu le chance de voir cette capsule de propagande d’une organisation terroriste et non pas, comme voudrait nous le faire croire, Jean-René Dufort, Julien Poulin et Pierre Falardeau, d’une organisation de résistance (ce n’est pas la révolution des Patriotes ici), lors de la guerre Israélo-libanaise, cliquez sur ce lien.

L'humoriste Dieudonné lors de sa visite en Iran au mois de février 2007.

 Par ailleurs, il est paradoxal de constater à quel point une certaine gauche qui se plaît à dénoncer certains abus de la droite, comme la politique américaine de George W. Bush, on a qu’à penser à l’humoriste français Dieudonné, n’hésite pas, à la manière de Jean-René Dufort, à appuyer, à soutenir, à tenter de blanchir et à la limite d’angéliser, certains mouvements extrémistes.  L’Iran n’est pas ce pays totalitaire que les médias occidentaux voudraient nous faire croire, il n’est pas ce régime barbare et sanguinaire qui refuse toute forme de liberté d’expression, il est comme nous, à notre image, une image reflétant la modernité.  Dieudonné parle de propagande des médias occidentaux vis-à-vis le régime des mollahs.  Cette vision doit être dénoncée.  Pour ce faire, au mois de février 2007, Dieudonné s’est donc rendu en Iran question de voir de ses propres yeux ce qui s’y trame, question de rencontrer le Mal en personne.  Et bien ce Mal iranien il ne l’a pas vu.  Dieudonné n’a rien vu de mauvais dans ce pays.  Tout est beau, il s’agissait d’une peur engendrée par les Américains, les Juifs et le monde occidental.  Et bien oui, un complot contre l’Iran.  

Je me demande lequel des deux fait de la propagande, les médias occidentaux que Dieudonné déteste tant, ou bien ce même Dieudonné qui fait une petite visite de courtoisie, une petite promenade au centre-ville de Téhéran, question de bien rester en surface et de ne pas trop offusquer les autorités iraniennes.  Dieudonné n’a certainement pas dû visiter les prisons iraniennes, prisons remplies de jeunes femmes, universitaires, brillantes, revendicatrices, dont le seul blâme est de remettre en question de régime islamiste, le régime des mollahs et de revendiquer l’égalité homme-femme. 

Mehrnoushe Solouki «Quand j’entendais le bruit des gifles qui retentissaient, je pensais qu’on interrogeait des femmes kamikazes qui voulaient se faire exploser au milieu de Téhéran, ironise celle qui vient tout juste d’être relâché par les autorités iraniennes pour avoir tourné un documentaire sur la répression politique après la guerre Iran-Irak en 1988. Mais non, mes geôliers m’ont dit que c’étaient des femmes qui mettaient en danger la sécurité de l’Iran parce qu’elles demandaient l’égalité homme-femme», relate, encore ahurie, la documentariste montréalaise d’origine iranienne Mehrnoushe Solouki.Elle a su, grâce aux gardiens de prison, que les autres détenues étaient des universitaires, des journalistes, des militantes féministes et des étudiantes. «Je pense qu’il y a plus de filles derrière les barreaux que sur les bancs d’université!» s’exclame-t-elle.

La censure existe en Iran comme elle existe au Liban et dans tous les pays islamistes.  Dieudonné s’est présenté avec des préjugés favorables à l’Iran tout comme Jean-René Dufort s’est présenté devant le Hezbollah avec des préjugés favorables.  Mais que serait-il arrivé à ces deux personnalités de la go-gauche s’ils avaient osé critiquer le régime iranien, si Dieudonné s’était présenté devant le parlement avec des pancartes réclamant l’égalité homme-femme ?  Lui serait-il arrivé la même chose que ce journaliste afghan Sayed Perwiz Kambakhsh qui vient d’être condamné à mort pour avoir posé légitimement la question de la polyandrie (le fait pour une femme d’avoir plusieurs époux) dans un article.  Si la polygynie (le fait pour un mari d’avoir plusieurs épouses) est permise dans l’islam, alors pourquoi la polyandrie ne serait-elle pas permise ?  Autrement dit le journaliste réclamait rien de moins que l’égalité homme-femme. 

La haine rend aveugle à certaines réalités pourtant bien présentes. Dieudonné déteste tellement les Juifs et les Américains qu’il est prêt à se fermer les yeux devant de tels faits. 

Tom Cruise l’Illuminé


On reconnait un fanatique religieux ou bien un fanatique tout court, lorsque ce dernier s’accroche désespéremment à sa croyance, comme une béquille, une bouée, cette croyance devenant du même coup le prolongement de sa propre existence. Lorsque quelqu’un attaque sa croyance, ose remettre en question son système de valeurs (voyez à cet égard les derniers commentaires laissés sur ce blog par certains musulmans), c’est comme si on s’attaquait personnellement à eux, comme si Mahomet ou bien Allah était des prolongements de leur propre personne.  C’est alors que la haine, la hargne, la colère s’emparent de ces gens, cherchant du même coup à protéger leur identité, une identité construite à partir de ce système de croyance, donc une identité basée sur une illusion, une chimère et non pas un savoir.  C’est ce qui arrive présentement à Tom Cruise.  Tom Cruise qui pompe, qui grimpe dans les rideaux, qui monte le ton, aussitôt que l’on parle de sa secte, la scientologie, dès que l’on ose critiquer son mouvement.  Tom aime pas ça.  Tom se met sur la défensive. 

Alors que beaucoup s’accrochent à la dope, Tom s’accroche à un système, il bave devant L. Ron Hubbard, devant cet homme chimérique, fabulateur, mythomane, fondateur de la scientologie.  Une vidéo circule présentement sur youtube (non contrairement à ce que certains affirment, la vidéo n’a pas été retirée), une vidéo promotionnelle que Tom aurait fait pour le mouvement scientologique.  Tom s’y fait prédicateur, prêtre de la secte, et nous dit en quoi la scientologie a changé sa vie et peut changer la vie de quiconque.  Monsieur Cruise se croit investit d’une mission, une mission impossible par les temps qui courent puisque l’acteur américain depuis sa prestation à Oprah Winfrey est sans cesse ridiculisé et perd en crédibilité.  Mais bon, il reste tout de même que Tom possède un rire contagieux il faut l’admettre et au moins il n’est pas rendu à se faire sauter la tronche pour plaire à Dieu, à moins qu’il ne souffre du Complexe de Dieu. 

Dans un premier temps je vous invite à visionner la vidéo qui fait jaser, vidéo enregistrée en 2004, faisant la promo de la scientologie.

Dans un deuxième temps, la vidéo de la cérémonie où l’acteur de la Guerre des Mondes, reçoit la médaille de la liberté pour son courage de la part du leader de la secte David Miscavige.

Soleil de plomb


soleil-couv.jpg

Le soleil reste un symbole ambivalent, à la fois géniteur, porteur de vie, il peut aussi être à la fois dévastateur et apporter avec lui la mort.  La tendance écolo de nos jours voudrait rendre l’Homme responsable du réchauffement climatique, le culpabiliser pour lui faire adopter un comportement responsable, faire de lui une machine à recycler.  Tout cela est bien beau, mais certains scientifiques ne semblent pas partager ce point de vue.  L’Homme n’a pas tous les torts.  Il n’est pas le seul responsable de la fonte des glaciers et de la hausse des températures.  Les bouleversements climatiques que nous connaissont actuellement ne seraient pas nécessairement dû à une cause humaine et artificielle, mais pourrait faire partie d’une cause strictement naturelle, s’inscrivant à l’intérieur d’un cycle que l’histoire de notre jolie planète aurait déjà vécu il y a des centaines, voir des milliers d’années, bien avant l’apparition de l’homme sur Terre et qui semble aujourd’hui se reproduire.   En effet, selon certains chercheurs et scientifiques, dont l’astrophysicien russe Habibullo I. Abdussamatov,  le soleil seul semble être responsable de l’état naturel des choses, des changements climatiques.  La portée humaine serait beaucoup moindre que l’on pourrait le croire.

Selon le scientifique russe, « les changements climatiques sur Terre, qui représentent des processus géophysiques à long terme, sont principalement déterminés par des variations corrélées quasi-périodiques de 11, 80 et 200 ans du Soleil. C’est de la routine et non pas un événement anormal, puisque des réchauffements de la planète similaires à celui que nous vivons actuellement ont déjà été observés ».

Autre preuve que l’humain n’y est probablement pour rien dans ce processus, la planète Mars serait elle aussi en pleine transformation, en pleine phase de réchauffement.   Est-ce que les gaz à effet de serre monteraient si haut qu’ils atteindraient ainsi la planète rouge ?  Je ne crois pas. 

Même que monsieur Abdussamatov prévoit que d’ici 2040, nous devrions assister à une refroidissement des températures.  Et bien oui, la diminution des taches solaires devraient refroidir nos étés et nos printemps.  Pensez-vous que les environnementalistes sont devenus les nouveaux curés de notre temps ? En tout cas ils en ont certes les caractéristiques (annonce prochaine de la fin du monde, la terre devenant submergée par différents fléaux, catastrophes, devant engloutir et anéantir la race humaine, celui qui ne recycle pas, qui gaspille, qui consomme trop, vit dans le péché, faisait du riche, une fois de plus, un fils de satan, un pervers, un pécheur…)

Des images à vous faire dresser les poils


Vous connaissez sans doute PETA, l’organisation américaine qui défend les droits des animaux et qui s’opposent à la cruauté animale.  PETA est également reconnue pour présenter des campagnes et des vidéos assez troublantes, choquantes, révoltantes, à la limite du film d’horreur parfois, comme nous le démontre cette vidéo présentée par l’ex-femme de monsieur Paul McCartney, Heater Mills.  Les scènes que vous allez voir se déroulent en Chine et je ne vous conseille pas de voir la vidéo si vous êtes du genre à vomir trop facilement.  Surtout la créature (je dis créature, car on ne sait plus trop de quoi il s’agit) à la toute fin de la vidéo, sans poil, seulement les muscles sur les os, ses pattes n’ayant même plus rien autour de l’os, le visage à l’agonie, un visage sans plus aucun poil, même plus de peau, qu’un amas de muscles.  La cruauté humaine dans ce qu’elle a de plus terrible.