Le mauvais karma des chinois selon Sharon Stone


Après le 11 septembre, certains anti-américains ont déclaré que les États-Unis méritaient ce qui leur arrivait, qu’il s’agissait d’un juste retour des choses après toutes leurs interventions à travers le monde.  À force d’avoir le nez fourré partout, à force de ne pas se mêler de ses affaires, il fallait bien un jour qu’il y ait un juste retour du balancier.  Autrement dit, la go-gauche reprenait à son compte le vieux dicton: « crache en l’air ça va te retomber sur le nez ».  Certains se sont même réjouit des attentats du 11 septembre, on a pu voir entre autres certains palestiniens prendre plaisir à la nouvelle.  Voilà maintenant que c’est au tour de Sharon Stone d’invoquer la notion de destin, de loi du talion cosmique, de faire référence à une notion purement ésotérique, celle du karma.  Ce qui arrive présentement aux chinois, ces dizaines de milliers de morts dû au séisme, ne serait-il pas dû à un mauvais karma, la conséquence directe du mauvais traitement que les chinois font subir aux tibétains depuis des années ? Beau raisonnement, et dire que cette femme est réputé dans le milieu pour avoir un quotient intellectuel de 154. Hummmm… Évidemment l’actrice américaine s’est excusé, question de sauver son image publique et de ne pas trop perdre de contrats publicitaires (Dior-Chine ayant fait retirer toutes ses affiches publicitaires et annuler ses relations de marketing avec l’actrice).  Même que madame Stone serait prête à se mettre les pieds dans la boue pour aider le peuple chinois à se sortir du marasme.  Une vraie Rambo de l’aide humanitaire, cette Sharon. 

 

Quand l’islam devient une mode


Quelques t-shirts que l\'on peut retrouver sur le site Styleislam.com

L’islam semble avoir la cote.  Aujourd’hui les gens en manque de sens, en quête de « spiritualité » se tournent de plus en plus vers l’islam.  Il s’agit probablement de la religion qui enregistre la plus forte croissance de fidèles depuis ces dernières années. L’islam prend de l’expansion, a le vent dans les voiles, à tel point que certains designers de mode profitent de l’occasion pour faire d’une religion rétrograde, une religion « cool », « in », à la page.  C’est vrai qu’à première vue, si on ne porte pas attention aux messages inscrits sur les tee-shirts, le design, les couleurs, le lettrage, les dessins s’inscrivent dans une tendance urbaine tout à fait à la mode.  Mais derrière le look, derrière les créations d’un jeune designer musulman de 33 ans, Melih Kesmen, derrière sa compagnie styleislam se cache le message, un message rétrograde et bien souvent mensonger.  En effet sur certains tee-shirts on peut y lire des slogans tels que « Hijab supporter » ou encore « Jesus was a muslim » (Jésus étant né bien avant que la religion musulmane et son prophète ne voient le jour).  Ce qu’il faut comprendre c’est qu’il n’y a rien de cool à véhiculer des messages rétrogrades, comme il n’y a rien de cool à porter des chandails à l’effigie de Che Guevara.  Ce mouvement s’inscrit à mon avis dans une sorte de propagande pernicieuse, servant à rendre « in » ce qui ne l’est pas.  N’oublions pas qu’au nom d’Allah, des centaines de personnes meurent chaque jour.  Il s’agit d’une doctrine qu’il faut critiquer et non pas en porter fièrement les symboles et les croyances.

Une certaine culture américaine selon High Times


Le magazine américain High Times proposent différents articles sur les bienfaits de la marijuanaLa culture américaine est ambivalente, remplie de contradictions, à la fois puritaine et exhibitionniste, répressive et permissive, s’offensant d’un sein qui se découvre, mais tolérant amplement les nombreuses scènes de nudité explicites que l’on retrouvent dans des séries américaines telles Rome et Californication.  Les américains font campagne contre la drogue, des razzias sont organisées pour démanteler des réseaux de narco-trafiquants et pourtant, la liberté de presse garantit par le 1er amandement de la Constitution,permet à des revues comme High Times de voir le jour, des revues où on y vante les mérites, les vertus de la marijuana, où des articles parlent librement de comment bien cultiver et faire prospérer son plant, comment maximiser sa pof pour obtenir un max d’effets, et comme on compare les bons vins entre eux, il y a même des tests des différentes herbes vertes que l’on retrouve sur le marché, dans différents pays.  Même que quelques annonceurs y diffusent des pubs sur des produits permettant de déjouer les tests anti-dopage, sur des matériaux servant à faire une bonne serre hydroponique.  Autrement dit ce qui en pratique est interdit demeure légale sous forme de papiers glacés. (Voir l’article sur Rue89)

Vous ne trouvez pas en passant que la couverture du magazine ressemble drôlement à un numéro du Sports Illustrated ?

Les carnets de Turner


The Turner DiariesInterdit dans plusieurs pays, écrit par un auteur d’extrême-droite américain, William L. Pierce, sous le pseudonyme d’Andrew McDonald, The Turner Diaries (le livre a beau être interdit de publication, il n’en demeure pas moins qu’il a trouvé moyen de se faufiler sur la toile et même dans sa traduction française) vient d’être publié légalement en République Tchèque.  Après les États-Unis, la République Tchèque est le deuxième pays à éliminer la censure face à cette publication considérée comme étant la bible du néo-nazisme.  La censure est si forte concernant cet ouvrage qui fait l’éloge de l’antisémitisme, de la haine et de la violence, que l’Allemagne considère que toutes personnes ayant en sa possession ce bouquin commet un délit.  Il serait même interdit, dans les médias allemands, de prononcer son nom, car le simple fait d’en parler pourrait inciter les jeunes, à l’instar de Timothy McVeigh aux États-Unis qui en avait fait son livre de chevet, à commettre des actes haineux et antisociaux ou comme McVeigh des attentats à la voiture piégée.   Ce qui est étonnant dans tout cela, c’est que le livre écrit par le père du nazisme Adolf Hitler, Mein Kampt, est en vente libre dans plusieurs pays, dont l’Allemagne.

La croyance en Dieu est une superstition enfantine


La croyance en Dieu est superstition enfantineBeau constat de la part d’Albert Einstein dans une lettre qu’il envoya le 3 janvier 1954 au philosophe Eric Gutkind.   Certains grands penseurs de la fin du XIXe, début XXe siècle en arrivèrent au même constat.  Pour Karl Marx la religion était l’opium du peuple, une façon d’endormir la conscience, alors que pour Freud, la croyance en Dieu n’était nul autre que la manifestation d’une psychose collective.   Quand on y pense bien la croyance en un être suprême n’est-elle pas là pour meubler l’absence de réponses rationnelles face à un phénomène. À une certaine époque l’homme étant incapable d’expliquer la cause de la foudre et du tonnerre trouva une explication simpliste dans la croyance au Dieu Zeus, le dieu grec de la foudre.  Cela simplifie les choses et évite à l’homme de chercher plus loin une explication.  Dieu n’est au fond qu’un mot de quatre lettres que l’on dépose sur le vide de ce que l’on ne peut expliquer.

 

Charlie Wilson, l’homme qui a mis le feu aux poudres


Charlie Wilson en compagnie de moudjahidines en Afghanistan

 

Dans son autobiographie, celle qui fut assassinée le 27 décembre dernier par des fanatiques religieux, relatait ceci:

 » Lors d’un entretien en tête-à-tête à la Maison-Blanche, je fis part au président George H.W. Bush de mes inquiétudes.  Je lui rappelai que pour chasser les Soviétiques d’Afghanistan, nos deux pays avaient pris la décision stratégique – au demeurant très efficace – de donner le pouvoir aux éléments les plus fanatiques de la résistance, qui risquaient par la suite d’échapper à tout contrôle. « Monsieur le Président, je crains que nous n’ayons créé un monstre à la Frankenstein qui pourraient bien revenir nous hanter à l’avenir », lui dis-je tristement. »  – Benazir Bhutto

C’est le constat qui est fait à la fin du film de Mike Nichols,  Charlie Wilson’s War, lorsque l’agent de la CIA, Gust Avrakotos, joué par Philip Seymour Hoffman, dit à Charlie Wilson (Tom Hanks), que les moudjahidines, que le gouvernement a armé jusqu’aux dents pour combattre les Soviétiques, vont un jour se retourner contre eux, que les fonds amassés pour entraîner les combattants afghans vont déclencher une véritable poudrière.   La victoire de l’Afghanistan sur l’Union Soviétique tout en mettant fin à la guerre froide engendra une autre guerre, celle du terrorisme international.  Pourtant l’intention de Charlie Wilson était probablement noble, donner les armes nécessaires aux afghans, les entraîner au combat, leur donner ce qu’ils leur fallait pour faire fuire les envahisseurs soviétiques. Hors cette intention engendra d’autres répercussions beaucoup plus importantes, celle du 11 septembre et de ce qui s’ensuivit.     

Le Mexique vend ses enfants


Deux enfants dans une rue au MexiqueAlors que les enfants semblent avoir la vie difficile au Mexique, les pédophiles semblent se la couler douce.  Les autorités mexicaines semblent fermer les yeux sur le phénomène, alors que des mères de famille n’hésitent pas à louer les services sexuelles de leurs bambins de 2 ans contre quelques billets et que certains pervers filment leurs scènes de baise avec des enfants de 4 ans dans une école.  Le Mexique semble être devenu avec la Thaïlande le royaume de la pornographie et de la prostitution juvénile.  Alors qu’au Québec certains assistés sociaux font des enfants dans l’unique but d’avoir plus d’argent du gouvernement à la fin du mois, certaines familles mexicaines font des enfants pour les jeter dans les bras d’un vieux pervers sodomite.  Qui parlait d’instinct maternel ?