Archives pour la catégorie Afghanistan

C’est la faute au Canada


Une fois de plus le Canada, que certains gauchistes considèrent comme le prolongement des États-Unis, est pointé du doigt en Afghanistan. Je dois avouer que certains textes m’horripilent, voilà que les canadiens sont responsables de la torture dans certaines prisons à Kandahar. Michèle Ouimet, envoyée spéciale de la Presse, titre son texte d’hier comme suit: «C’est vous, Canadiens, qui êtes responsables de la torture…», reprenant les propos d’un prisonnier taliban. Désinformation une fois de plus. Lorsqu’on lit l’article attentivement, on se rend compte que ce ne sont pas du tout les soldats canadiens qui torturent, mais bel et bien d’autres afghans, en l’occurence la police secrète afghane. Ce n’est pas parce que les soldats canadiens, suite à une entente avec le gouvernement afghan, remettent les prisonniers au service secret afghan, que le Canada doit être accusé de tortionnaire. N’ayons pas peur des mots, ce sont des afghans qui torturent d’autres afghans, ce sont des afghans qui sadiquement s’en prennent à des terroristes.
«Nous avons passé 12 jours dans la prison de la base militaire, a précisé le détenu. Les soldats nous ont interrogés une seule fois et nous avons été bien traités.» Ce même prisonnier dira plus loin ceci:
«Les Canadiens nous ont dit de ne pas avoir peur. Ils nous ont donné un document qui affirmait qu’il n’y avait plus de torture en Afghanistan. Les gens des services secrets l’ont déchiré et ils me l’ont jeté à la figure. Ils m’ont torturé pendant 20 jours. J’ai protesté, j’ai dit que les Canadiens m’avaient promis qu’il ne m’arriverait rien. Ils m’ont répondu: « On n’est pas au Canada ici, on est chez nous! Les Canadiens sont des chiens!» Les services secrets n’écoutent personne, ni Karzaï ni le Canada.»
Donc tout est clair, ceux qui sont à blâmer ce ne sont pas les Canadiens mais bel et bien le NDS (National Directorate Security). Pourquoi vouloir discréditer le Canada avec un titre aussi mensonger ?

Yvonne Ridley: Une féministe pro-talibane


Je ne connaissais pas Yvonne Ridley avant aujourd’hui, c’est en lisant par hasard le blog de Martin Leblanc que j’ai découvert une femme remarquable (cynisme), une féministe comme il semble s’en faire de plus en plus de nos jours, une féministe soumise à la loi des mâles, une féministe pro-talibane, une féministe gaucho-islamiste.
Après le 11 septembre 2001, la journaliste du journal anglais Sunday Express, se rend pour un reportage en terre afghane. Elle tente de passer incognito toute de burqa vêtue et traverse ainsi la frontière pakistanaise. Hors, malgré ce premier passage risqué, elle a malheureusement la malchance d’échapper sa caméra sous le regard attentif d’un taliban qui la capture aussitôt. Dix jours de détention, dix jours en cellule, sous le regard des talibans. Après sa libération, elle tient sa promesse faite à un imam de lire le Coran. Mais elle ne fait pas seulement que le lire, elle se convertit à la religion musulmane et décide, en bonne féministe qu’elle est, de porter le voile. Selon elle, une plus grande liberté est accordée aux femmes musulmanes qu’aux femmes protestantes ou chrétiennes. Il s’agit d’un pur cas du syndrome de Stockholm, l’agressée qui s’identifie à son agresseur, symptôme propre aux partisans de la go-gauche qui voient dans les Talibans, le Hezbollah, le Hamas et les différents groupes terroristes des rebelles, des défenseurs des valeurs humaines face à la méchante mondialisation, face aux valeurs matérialistes de l’Occident. Dichotomie gauchiste
.