Archives pour la catégorie Non classé

La pédophilie, une erreur de comportement


Tripoter la vulve et les seins d’une fillette de 8 ans ne relèverait pas de la pédophilie mais d’une erreur de comportement selon le Cardinal Jean-Claude Turcotte.  Une erreur de parcours que l’on doit pardonner facilement.  Même qu’un tel geste est gratifié par l’octroi de bourses d’étude aux prêtres pédophiles.  C’est ainsi que l’abbé Philippe de Maupeou aurait reçu une bourse de 60 000 $ pour aller étudier le droit à l’université St-Paul à Ottawa.  L’Église semble complètement se foutre des victimes, de la fillette, et protège ses prêtres, elle leur pardonne, éloigne le prêtre de l’église pour lui trouver un « job » de bureau, des tâches administratives, tout en le conservant dans son sein.  Le pardon catholique du cardinal Turcotte ne semble pourtant pas s’appliquer à tout le monde.  Dernièrement monsieur Turcotte remettait son insigne de l’Ordre du Canada après que le roi de l’avortement au Canada, le Dr Henry Morgentaler, eut reçu le même titre honorifique.  D’un côté l’Église condamne l’avortement, blâme des personnes comme Morgentaler et de l’autre côté elle pardonne les actes pédophiles, protège les agresseurs, pour sauver son image, minimise l’importance des gestes comme vient de le faire Jean-Claude Turcotte, semble compatissante non pas envers les victimes mais envers les bourreaux. 

Gilles Vigneault et le poids des mots


La go-gauche semble vouloir utiliser à tout vent des concepts lourds de sens comme « génocide », « fascisme », « Hitler » ou encore « dictature » pour qualifier les gens qui vont contre leur idéologie.   La preuve en a été faite  une fois de plus lors d’une entrevue de notre célèbre poète québécois et roi de la gigue, Gilles Vigneault, accordée hier au Journal de Montréal.  Monsieur Vigneault y qualifie le premier ministre canadien Stephen Harper de « dictateur ».  Rien de moins. Un dictateur qui déclenche des élections parce qu’il ne se sent pas appuyé par les membres des autres parties politiques, n’est-ce pas formidable ? C’est sûrement une première dans l’histoire.  Un dictateur qui va débattre de son point de vue lors d’une assemblée devant différents partie de l’opposition c’est tout de même incroyable.  Celui  pour qui la langue et le mot juste semble être une devise, devrait plutôt relire la définition du mot « dictateur » dans le dictionnaire.  Voici la définition qu’en donne le petit Robert: Dictateur: Personne qui, après s’être emparée du pouvoir, l’exerce sans contrôle« .  Merci monsieur Vigneault de nous ouvrir les yeux ainsi.

Porno para Ricardo, la contre-révolution cubaine


Il fait bon de voir qu’au pays de Fidel, il existe des hommes, des femmes, pour contester la dictature mise en place par El Comandante.   Malheureusement ces artistes sont aussitôt mis en prison comme le témoigne si bien l’arrestation pour « dangerosité sociale prédélictuelle » du leader du groupe punk Porno Para Ricardo, le chanteur Gorki Luis Aguila.  Gorki ose porter au ridicule le vénérable Fidel, comme le montre si bien la vidéo du groupe ci-dessous.  Lisez cette courte entrevue que Gorki accorda au journal mexicain Reforma quelques jours avant son arrestation pour anticastrisme.

Samuel Boutwell, preacher à 7 ans


Je suis tombé sur cette vidéo d’un garçon de 7 ans, Samuel Boutwell, qui se prend pour un pasteur, dans une église baptiste américaine, répandant le message d’amour de Jésus.  L’enfant a tout d’un télé-évangéliste, l’attitude, les gestes, les pauses, l’intonation.  Dans une autre vidéo, alors qu’il est âgé de six ans, le jeune Boutwell se promène avec ses pancartes devant une clinique d’avortement, défendant le droit à la vie alors que dans une autre vidéo, le petit Samuel clame haut et fort le message du Christ, grosse Bible en dessous du bras, à Ground Zero. J’aimerais bien voir ses parents.  En parcourant Youtube, vous constaterez vous aussi à partir des liens que j’ai mis ici, que le petit Samuel Boutwell n’est pas le seul de son âge à s’être fait laver le cerveau.  Une génération de preachers est à nos portes.

Le Lin et le Yang, les deux voix d’une même médaille


À gauche Lin Miaoke, celle qui a chanté en playback et à droite sa soeur, Yang Peiyi la véritable chanteuse
À gauche Lin Miaoke, celle qui a chanté en playback et à droite sa soeur, Yang Peiyi la véritable chanteuse

Décidemment la Chine a tout fait pour sauver les apparences pour ces Jeux Olympiques.  L’apparence semble compter beaucoup plus que la vérité pour les autorités chinoises.  Selon une nouvelle parue aujourd’hui, la fillette de neuf ans qui aurait chanté « l’Ode à la Patrie » lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux de Pékin, la petite Lin Miaoke, n’aurait fait que du « lip-synch ».  En vérité, c’est sa soeur cadette, Yang Peiyi, 7 ans, qui aurait chanté.  Le directeur musical trouvant celle-ci moins jolie que sa soeur aînée, moins présentable au monde entier, a tout simplement décidé que ce serait sa soeur qui ferait les Milli Vanilli.  Le directeur musical n’accepte pas les dents croches et les visages ronds.  Heureusement, la poudre aux yeux s’est dissipée assez rapidement et la supercherie a été mise à nue.  La vérité finit toujours par triompher.

Devinez quand Amy Winehouse va mourrir et gagnez un ipod ?


Amy Winehouse
Amy Winehouse

Il y a quelque chose de morbide dans cette page web.  Les créateurs du site demandent aux internautes de faire des prédictions sur la mort de la chanteuse soul Amy Winehouse.  Le site Whenwillamywinehousedie.com invite les internautes à deviner la journée et l’heure de la mort de la chanteuse qui semble s’enfoncer de plus en plus profond dans la dépression et la polytoxicomanie.  Comme à l’émission américaine The Price is Right, celui qui se sera le plus rapproché de la prédiction remportera un prix, dans ce cas-ci un beau ipod touch.  Pour faire preuve d’un peu d’humanité et de compassion pour la star, on peut même y écrire un message de pré-condoléance.  Cette fascination pour la déchéance, pour la mort des vedettes, me rappelle un certain film que j’ai vu dernièrement.  Introuvable version française de Untraceable raconte l’histoire d’un tueur en série qui invite les internautes à regarder la mort en direct d’une victime innocente.  À l’aide d’instruments de tortures rappelant étrangement les moyens utilisés par le tueur de la série Décadence, le tueur montre ses victimes sur le net et la mort qui les attend si la population continue d’aller voir son site, car plus il y a de visiteurs et plus la victime se rapproche de la mort.  Le site devenant de plus en plus populaire, les victimes meurt de plus en plus vite, ce voyeurisme morbide des internautes l’emportant sur la protection de la victime.

Selon PETA, Tim McLean est un porc dans un abattoir


À l’instar de Paul Watson au début du mois d’avril qui s’était servi de la mort des trois chasseurs de phoques de l’Acadien II pour dire aux gens que cela était bien regrettable, mais qu’il était encore plus regrettable de tuer des milliers de phoques innocents sur les banquises, voilà que l’organisation PETA, qui vient en aide aux animaux, y va d’un coup de pub sauvage, comparant la décapitation, la tragédie manitobaine de Portage LaPrairie, de Tim McLean, ce jeune homme victime du cannibale coupeur de tête Vince Weiguang Li, au processus qui attend les animaux dans les abattoirs.  L’animal voit le boucher s’approcher de lui avec le couteau, le boucher n’a aucune émotion, comme le tueur de Tim McLean, personne autour ne vient en aide aux victimes, malgré les cris et la souffrance des animaux, la tête de l’animal est enfin tranchée et sa chair mangée.  Heureusement le journal Portage La Prairie Daily Graphic a refusé de publier cette publicité opportuniste qui met une fois de plus l’animal et l’homme sur un même pied d’égalité.  Boeuf, porc, poulets et Tim Mclean c’est la même chose, il n’y a aucune différence, aucune distinction.  Tuer un animal pour s’en nourrir et couper la tête d’un homme dans un autobus pour lui bouffer les oreilles et le nez revient à la même chose.  Qu’en pensez-vous ?