Archives pour la catégorie Vidéo

Bavure policière


On a l’impression vague que certains policiers ne savent pas maîtriser leur stress, ne savent pas faire preuve de contrôle de soi, c’est le cas dans cette bavure monumentale survenu à l’aéroport de Vancouver le 14 novembre dernier par les policiers de la GRC (Gendarmerie Royale du Canada). Un immigré polonais qui semble en crise avant l’arrivée des policiers (on le voit brandir une chaise, frapper dans une vitre) semble tout à fait calme lorsque les cinq policiers s’approchent de lui. L’individu n’oppose aucune résistance et pourtant les policiers n’ont pas hésité un seul instant à utiliser leur « teaser gun », leur fusil paralysant, une arme qui déclenche à coup sûr une décharge de 50 000 volts et qui est à l’origine de 18 décès au Canada depuis son utilisation. Je vous présente la vidéo de 9min59 filmée par un citoyen qui se solde par la mort tragique de monsieur Robert Dziekanski.

Petit souper entre amis


Le 3950 c’est la toute nouvelle émission animée par Luck Merville sur les ondes de TV5 le samedi soir, un mélange entre Parler pour parler de Janette Bertrand et Tout le monde en parle d’Ardisson et Lepage. Hier, grâce à Dailymotion, j’ai pu regarder l’émission pour la toute première fois. Tout commence par un souper entre amis, les invités à tour de rôle entre dans l’appartement de Merville, un chef cuisinier s’affaire à préparer le repas, les invités fraternisent, se serrent la main, discutent légèrement dans la cuisine du chanteur et comédien, avalent une gorgée de vin après l’autre, l’ambiance est intime et décontractée, les préléminaires sont mises pour un débat qui sera des plus corsé. De sérieux pugilistes, Richard Martineau et sa conjointe Sophie Durocher et de l’autre côté de la table l’humoriste Dieudonné, provocateur né. Je diffuse pour vous l’émission en trois parties, vous aurez ainsi la chance de vous faire une idée sur les arguments de chacun.

Mutilée pour ne pas avoir obéi à son époux


Une fille se promène sur la rue en compagnie d’un autre homme que son mari, qu’un autre homme ne faisant pas partie de sa famille, elle croise soudain son beau-frère dans la rue, celui-ci fou de rage, sort un couteau et tranche le nez de sa belle-soeur. Voyez un cours reportage diffusé au mois de juin dernier sur une chaîne française sur un crime d’honneur et écoutez bien les réponses de la famille du jeune homme, de celui qui a coupé le nez de sa belle-soeur:
Le père: Nous regrettons beaucoup ce qui s’est passé. Je me suis fâché contre mon fils et je lui ai dit « tu n’aurais pas dû faire ça, c’est dommage pour toi. Maintenant tu te retrouves en prison, tu ne mérites pas ça.
La grand-mère: Mauvaise action c’est sûre, mais surtout mauvaise fille.
La mère: Elle fuguait tout le temps, ça devenait une question d’honneur. Nous, nous sommes une famille honorable, c’est pour ça que mon fils lui a coupé le nez. Elle nous déshonorait.
Journaliste: Comment doit-être selon vous une bonne épouse ?
La grand-mère: Une bonne épouse se lève tôt, elle fait sa prière, elle prépare le thé, elle fait le service, elle fait ce qu’on lui demande.
La mère: Une bonne épouse, elle ne sort pas, elle respecte son époux, elle ne se promène pas chez les voisins.
La grand-mère: Rushda faisait le contraire, elle n’obéissait pas, elle n’en faisait qu’à sa tête.
Le père: Ma femme et moi nous sommes mariés depuis 20 ans, elle ne m’a jamais désobéi. Nous sommes très heureux comme ça.

On ne plaisante pas avec Jésus !


Sans toutefois cesser la diffusion d’un spot publicitaire, préférant par contre en limiter la mise en onde, ce qui est en soi une forme de censure, le groupe belge RTL se plie en partie, pour plaire une fois de plus à une organisation religieuse, à la demande de l’épiscopat belge qui demandait au groupe télévisuel d’interdire la diffusion d’un message publicitaire mettant en scène un Jésus déjanté, lubrique, buvant, fêtant en boîte de nuit, entourré de jolies filles. Évidemment, rien pour ébranler la foi d’un véritable croyant mais assez pour faire réagir une certaine classe religieuse à fleur de peau, vivant dans la crainte de l’antéchrist. Heureusement, ce message publicitaire diffusé sur les ondes d’un canal pour adolescent, Plug TV, n’a pas suscité de la part d’organisations chrétiennes la même réaction que la diffusion des caricatures de Mahomet. Donc pas de fatwa, pas de manifestations haineuses, pas de menaces de mort, pas de meurtres, seulement qu’un petit remous, une petite demande dont n’avait pas à répondre à mon avis RTL. À ce que je sache il n’y a pas encore de droits d’auteur sur Jésus.

Tel est pris qui croyait prendre


Au Québec où les mentalités socialistes et antiaméricaines font loi, il n’est pas rare par contre de copier les idées des autres, de faire du plagiat intellectuel, de reprendre des idées venant des américains et de l’appliquer ici au Québec sans donner le crédit à ceux qui ont eu l’idée de départ. Il y a quelques semaines de cela, au milieu du mois de septembre, le Journal de Montréal, à l’aide des journalistes Stéphane Alarie, Brigitte McCann et Gabrielle Duchaine, faisait une enquête très intéressante sur les prédateurs sexuelles. Le Journal de Montréal avait réussi à piéger quelques pédophiles à l’aide d’internet et à diffuser les entrevues faites avec ces criminels sexuels.
Or je découvre que le concept n’est pas nouveau et a même été poussé plus loin à la télé américaine sans que le Journal de Montréal ne fasse mention de cette émission diffusée depuis 2004 sur la chaîne américaine NBC. L’équipe de Brigitte McCann a repris exactement la même idée d’enquête que To Catch a predator, tout y est, le journaliste se fait passer pour un enfant ou un adolescent sur internet, capte l’attention d’un pédophile potentiel, lui donne rendez-vous dans un lieu où le suspect, à sa grande surprise, pris les mains dans le sac, se retrouvera face à face non pas avec une victime innocente, mais bel et bien avec un adulte, en l’occurence un journaliste. Évidemment l’équipe de Chris Hansen bénéficie d’un budget et d’une équipe pas mal plus imposante que celle du Journal de Montréal, et surtout peut compter sur l’appui d’une équipe de policiers prêt, aussitôt que le suspect a passé aux aveux, à lui passer les menottes. C’est ainsi, et je lève ici mon chapeau à ce concept original, que depuis 2004, pas loin de 250 suspects ont été arrêtés et que 120 d’entre eux ont été condamnés. Pour ceux que cela intéresse, j’ai mis à votre disposition une émission complète de To Catch a predator.

Exemple de désinformation et de manipulation médiatique


Je mentionnais il y a quelques jours au maire Gendron la désinformation sur la relation isréalo-palestinienne dont il est victime, certains médias, surtout francophones, qu’il s’agisse de la France ou encore du Québec, prennent position au risque de désinformer la population. Les palestiniens deviennent des victimes, alors qu’Israël devient presqu’inévitablement l’agresseur. Peut importe la situation. On apprenait hier qu’Israël porte de sérieuses accusations sur le rôle de France 2 dans l’histoire du jeune garçon de 12 ans, Mohammed al-Doura, tué alors qu’il était pris au piège entre des tirs palestiniens et des tirs israéliens. Alors que rien sur les images ne permet de croire que Tsahal est responsable de la mort du jeune Mohammed, la presse s’est aussitôt permis de sauter aux conclusions pour faire du jeune homme un martyr, une pauvre victime de la méchante armée israélienne. Je vous invite à visionner un bref documentaire d’une durée de 14 minutes, décortiquant et analysant ce mensonge véhiculé par France 2 sur l’origine de la mort du jeune palestinien. France 2 n’a jamais avoué ses torts et n’a jamais reconnu avoir fait une erreur d’interprétation.

Kid Nation


Si le camp d’Okutta est un camp d’été fictif dans le but de sensibiliser la population au problème des enfants soldats, le réseau américain CBS a quant à lui décider d’utiliser 40 enfants, âgés entre 8 et 15 ans, de les jeter dans une ville fantôme du Nouveau-Mexique et de les regarder se débrouiller pendant deux semaines. Cette nouvelle télé-réalité, baptisé Kid Nation, fortement inspiré d’un roman de William Golding paru en 1954, Sa Majesté des mouches qui mettait en scène des enfants rescapés d’un accident d’avion, se retrouvant seul sur une île du Pacifique et devant s’organiser pour survivre, pousse à mon avis les limites de la télé-réalité vers un nouveau sommet.

Même si l’univers du romancier britannique nous donne une vision impitoyable de l’enfance, démolissant les préjugés voulant que les enfants soient des petits êtres purs de toute malice et de toute agressivité comme le concevait le philosophe Jean-Jacques Rousseau, dans Kid Nation ce sont les adultes qui exploitent carrément les enfants, non seulement les concepteurs de l’émission mais les parents de ces 40 enfants qui ont offert leurs enfants dans cette arène du Cirque. Je vous offre la vidéo promotionnelle de Kid Nation.

Le Camp Okutta


Une méthode efficace pour sensibiliser une population à une cause est sans aucun doute de développer chez elle le sentiment d’empathie, inverser les rôles, se mettre dans la peau de l’autre, c’est du moins ce qu’a fait l’organisation canadienne War Child Canada en diffusant sur Youtube une vidéo promotionnelle fictive d’un camp d’entraînement pour enfants, le Camp Okutta, un camp pour enfants soldats au Canada.

alt : http://www.youtube.com/v/jYohOaSy8qI