Archives du mot-clé Mensonge

Le Lin et le Yang, les deux voix d’une même médaille


À gauche Lin Miaoke, celle qui a chanté en playback et à droite sa soeur, Yang Peiyi la véritable chanteuse
À gauche Lin Miaoke, celle qui a chanté en playback et à droite sa soeur, Yang Peiyi la véritable chanteuse

Décidemment la Chine a tout fait pour sauver les apparences pour ces Jeux Olympiques.  L’apparence semble compter beaucoup plus que la vérité pour les autorités chinoises.  Selon une nouvelle parue aujourd’hui, la fillette de neuf ans qui aurait chanté « l’Ode à la Patrie » lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux de Pékin, la petite Lin Miaoke, n’aurait fait que du « lip-synch ».  En vérité, c’est sa soeur cadette, Yang Peiyi, 7 ans, qui aurait chanté.  Le directeur musical trouvant celle-ci moins jolie que sa soeur aînée, moins présentable au monde entier, a tout simplement décidé que ce serait sa soeur qui ferait les Milli Vanilli.  Le directeur musical n’accepte pas les dents croches et les visages ronds.  Heureusement, la poudre aux yeux s’est dissipée assez rapidement et la supercherie a été mise à nue.  La vérité finit toujours par triompher.

Le retour des utopies à la Rousseau


Je constate depuis quelques temps un désir chez certains mouvements, chez certains penseurs, chez certains artistes, intellectuels, ou bien dans la population en général, d’un désir de retourner à la terre, à la nature, comme si les vieilles utopies communistes, hippies, soixante-huitards, refaisaient surface.  Je constate chez certains un ras-le-bol des technologies, des machines, du virtuel, d’Internet, du travail, de l’argent, des biens matériels, de la ville, de la propriété privée.  Les économistes n’ont plus la cote, la mondialisation est critiquée de tous les côtés, les théories du complot, de plus en plus nombreuses, viennent bombarder les politiciens et la culture.  La société occidentale, la société de consommation, est redevenue critiquable, est redevenue mauvaise.  La société d’aujourd’hui ne fait qu’engendrer l’envie, la haine, la violence, les guerres, alors pourquoi continuer à vivre dans une telle société qui ne fait au fond que nous éloigner de notre véritable nature, de la nature, de cette bonté qui nous est fondamentale.  Pour paraphraser Jean-Jacques Rousseau, l’homme est naturellement bon, c’est la société qui le corromp.  Le péché se trouve dans la connaissance, la raison, c’est ce que nous apprend le mythe du Jardin d’Éden.  La connaissance, donc la conscience, nous éloigne de notre nature et nous rapproche par le fait même du Mal.  

Il en est ainsi du personnage joué par Marc Labrèche dans le dernier film de Denys Arcand, l’Âge des ténèbres.  Jean-Marc Leblanc, personnage central du film, fait le bilan de sa vie, d’une vie de fonctionnaire, abruti par un système qui le rend aussi absurde que le Sisyphe d’Albert Camus.  La scène finale est révélatrice, car Jean-Marc Leblanc quitte sa famille, la ville, son travail, ses responsabilités pour aller éplucher des patates en campagne.  Dans la nature se trouve la vérité, la ville n’étant qu’un tissu d’illusions et de mensonges. 

Ce matin, je me suis tapé le dernier film de Sean Penn en tant que réalisateur.  Into the Wild c’est l’histoire d’un jeune homme de 23 ans qui décide de quitter sa famille, ses études, de rompre avec la civilisation, avec la ville, les contraintes, l’ordre (le personne se nomme Alex, A-lex qui en latin veut dire sans loi), pour vivre dans la nature, loin de la culture qu’il considère comme un mensonge, loin de l’autorité, des lois, des règles qui régissent la société.  Alex veut se retrouver dans la nature, pour lui la nature étant source de vérité.  La Vérité et le Bien se trouvent dans la nature alors que la culture, par opposition c’est le Mensonge, le Mal.  Alex évidemment rencontre sur son chemin qui doit le mener en Alaska, là où le temps n’existe pas, différents personnages, dont un couple de hippie avec qui il partagera quelques bons moments. 

Hors Alex se retrouve à la toute fin de son parcours, de son road movie, dans une autobus magique, pris au milieu de nul part, devant se nourrir de petits fruits et d’animaux sauvages, et devant y laisser sa peau après avoir digéré une plante non comestible.  Au fond qui avait raison, Jean-Jacques Rousseau ou bien le Marquis de Sade, celui qui voyait dans le bon sauvage un modèle à suivre, qui ne voyait dans la nature que la bonté même, ou bien celui qui voyait dans la nature la source des plus grandes perversités, des plus grands maux, la source du Mal ?  La Nature l’a emporté sur Alex, elle a vaincu Alex et lui a montré, trop tard, qu’à travers une apparence de beauté, que derrière une fleur, pouvait se cacher la mort.  Après tout, l’homme ne fait-il pas partie de la nature ?