Archives du mot-clé Religion

Samuel Boutwell, preacher à 7 ans


Je suis tombé sur cette vidéo d’un garçon de 7 ans, Samuel Boutwell, qui se prend pour un pasteur, dans une église baptiste américaine, répandant le message d’amour de Jésus.  L’enfant a tout d’un télé-évangéliste, l’attitude, les gestes, les pauses, l’intonation.  Dans une autre vidéo, alors qu’il est âgé de six ans, le jeune Boutwell se promène avec ses pancartes devant une clinique d’avortement, défendant le droit à la vie alors que dans une autre vidéo, le petit Samuel clame haut et fort le message du Christ, grosse Bible en dessous du bras, à Ground Zero. J’aimerais bien voir ses parents.  En parcourant Youtube, vous constaterez vous aussi à partir des liens que j’ai mis ici, que le petit Samuel Boutwell n’est pas le seul de son âge à s’être fait laver le cerveau.  Une génération de preachers est à nos portes.

Créationnistes et Flat-earthers ou les nouvelles théories de la paranoïa


Je viens tout juste de visionner le plus récent film du réalisateur américain William Friedkin, celui-là même qui réalisa en 1973 L’ExorcisteBug c’est l’histoire d’une fille paumée, qui vit dans un trou perdu, qui aime bien prendre un verre et sniffer sa ligne de coke de temps en temps, question d’oublier la disparition de son enfant ainsi que son ex tout récemment sortie de prison.  Un soir en sortant avec une copine, elle fait la connaissance d’un mec un peu bizzaroïde.  Elle en tombe amoureuse.  Elle semble reprendre espoir, enfin elle n’est plus seule dans son monde.  Hors le gars en question délire solide et commence tranquillement à voir des insectes partout, il y en aurait tout d’abord dans son lit et ensuite sous sa peau.  Dans son délire hallucinatoire l’homme entraîne petit à petit la fille dans son délire.  Elle aussi aurait des insectes sous la peau.  Tous les deux se mutilent, cherchant en vain à extraire ces insectes dont ils sont les seuls à voir et à connaître l’existence.  Il s’agit pour eux d’une réalité objective.  Et les questions commencent à se poser.  Mais d’où peuvent bien venir tous ces insectes, comment se fait-il qu’ils aient pondu des oeufs à l’intérieur de leur peau ?  Et les hypothèses explosent dans leur cerveau, l’imagination s’en donne à coeur joie, et la théorie du complot fait surface.  Le gouvernement américain, les grandes puissances, le nouvel ordre mondial, l’armée, la CIA, y sont pour quelque chose, ce sont eux qui ont installé ces bestioles qui ne seraient en fait que des microprocesseurs.  Ce couple n’est au fond que l’objet d’un complot, ils ne sont que des rats de laboratoires.  Tout était prévu depuis le début, l’enlèvement de l’enfant, l’amie de la fille paumée qui aurait introduit l’insecte-espion souche, bref rien n’est laissé au hasard comme dans tous les bons scénarios complotistes. 

Je vous parle de ce film car il illustre bien à mon avis ce vers quoi sont emmené certains gauchistes complotistes qui, à force de se tenir avec des gens comme eux, qui croient et pensent comme eux, les renforcent dans leurs croyances absurdes, surréalistes, schizoïdes.  Big Brothers est partout, la CIA et les grandes puissances sont derrières chacun de nos faits et gestes, nous ne sommes en fait que des marionnettes obéissantes, des êtres totalement dépourvus de la moindre conscience. Et cela est réconfortant de penser que nous avons découvert un secret que nul ne savait avant nous, ça nous rend plus fort, ça nous rapproche de Dieu, ça fait de nous des êtres exceptionnels.  J’aborde de nouveau la question pour vous parler de deux courants qui frôlent à mon avis le délire, le créationnisme et les Flat-earthers.  Dans un premier temps les créationnistes croient véritablement que l’homme et tout ce qu’il y a sur terre est l’oeuvre de Dieu, rejetant formellement les théories scientiques tel que le Big Bang et les théories évolutionnistes, allant jusqu’à prétendre que les dinosaures et les êtres humains sont nés spontanément, se sont côtoyés.  Le monde aurait donc été créé en six jours et la Terre n’aurait que 6000 ans d’existence.  Les dragons du Moyen-Âge ne serait en fait que des dinosaures que de vaillants chevaliers auraient combattus. Tout le reste ne serait que supercherie, la seule validité scientifique serait celle du créationnisme.  Au Kentucky par exemple il existe même un musée du créationnisme où on y apprend que Darwin n’était au fond qu’un imposteur.

Et ce soir, alors que je m’apprêtais à me coucher, je tombe sur cette nouvelle.  Il y a même des gens qui continuent à croire que la terre est plate.  Et oui, en 2008, il y a des gens qui continuent de croire que la terre est plate.  Selon les adeptes de cette théorie datant du Moyen-Âge que l’on surnomme les Flat-earthers, les gouvernements, les scientifiques et les agences spatiales sont de mèches pour faire gober aux bons citoyens de ce monde que la terre est ronde.  Le « bug » c’est cela, cette folie schizo-paranoïde.

Un politicien malaisien risque la prison pour sodomie


Saviez-vous qu’avant 1969, au Canada, une loi anti-sodomie existait ?  Quelqu’un de votre entourage pouvait porter plainte contre vous s’il vous soupçonnait d’avoir enculer votre blonde ou votre chum.  Vous risquiez la prison.  Toujours fallait-il prouver l’acte en lui-même.  En 1969, en pleine révolution tranquille, les interdits catholiques prenant le bord, cette loi fut révoquée par Pierre-Elliott Trudeau.  Donc depuis seulement 39 ans, les canadiens peuvent s’enculer librement, sans craindre la moindre représaille.  Aux États-Unis, pays encore moins avant-gardiste que le Canada sur cette pratique sexuelle, probablement plus puritaine également, les lois anti-sodomie furent déclarées anticonstitutionnelles seulement qu’en 2003 par la Cour suprême.  Avant ce jugement, treize États américains condamnaient la sodomie et même que quatre d’entre eux condamnait la fellation (voir ici).  Depuis 2006, le Zimbabwe punit encore plus sévèrement la sodomie.  Dans son article 73 il est clairement écrit que: «Tout homme qui, avec le consentement d’un autre homme, pratique sciemment un rapport sexuel anal avec cette autre personne, ou tout autre acte impliquant un contact physique autre qu’un rapport sexuel anal qui serait considéré par une personne raisonnable comme étant indécente, sera coupable de sodomie et encourra une amende du niveau 14 ou plus, ou un emprisonnement pour une période n’excédant pas un an, ou les deux».

Tout récemment, c’est le chef de l’opposition de la Malaisie, pays du sud-est asiatique, monsieur Anwar Ibrahim, qui fut arrêté et accusé de sodomie pour la deuxième fois depuis 1998.  La Malaisie, pays à majorité musulmane, considère que la sodomie doit être punie car il s’agirait d’une déviance sexuelle.  Une fois de plus la religion fait plus de mal que de bien.  

Un groupe d’extrémistes chrétiens appelle au boycott de Mcdonald’s


Désolé pour ces quelques semaines d’inactivité sur ce blog, peu de temps, l’été qui frappe de plein fouet, autres passions que l’écriture présentement.  Il y a des jours où j’aimerais n’avoir qu’une seule passion, un seul centre d’intérêt, hélas ce n’est pas le cas.  Malgré trois jours de congé, je n’ai trouvé le temps pour écrire que ce soir, plage et terrasses ayant occupé mes trois jours.  Faut bien profiter un peu du soleil, surtout que je n’ai pas cette chance encore d’avoir des vacances durant l’été.

Vous savez, même si j’ai tendance à m’acharner sur l’islam, religion probablement la moins tolérante de toutes les religions de  mon point de vue, possiblement la plus rétrograde, il n’en demeure pas moins que l’extrémisme religieux se retrouve dans bien d’autres religions, dont plusieurs groupes chrétiens américains.  En effet, selon l’AFA (American Family Association), autrement dit l’Association de la famille américaine, association chrétienne ultra-conservatrice, il ne s’agit pas de boycotter la chaîne de fast-food Mcdonald’s pour sa malbouffe et les crampes d’estomac que sa nourriture procure, mais bien parce que la chaîne de restaurant serait impliqué dans la Chambre nationale de commerce gay et lesbienne, ce qui va évidemment contre les belles valeurs de l’association.  Les membres de l’association ne voudraient tout de même pas recevoir leur Big Mac des mains d’un gay et ne voudraient surtout pas que leurs argents servent à financer des associations d’homosexuels.  Belles valeurs de tolérance n’est-ce pas ? Ce à quoi aurait répondu le porte-parole de Mcdonald’s, monsieur Bill Whitman: »Il n’y a pas de place pour la haine dans notre culture, nous voulons aider les gens à vivre et à travailler dans une société sans aucune discrimination. »  Voilà un message empreint de spiritualité à mon sens, voilà un message de tolérance et d’amour que nous sommes en droit pourtant d’attendre non pas de Mcdonald’s mais de groupes religieux.  Hors encore de nos jours, ce sont les groupes religieux qui véhiculent le plus souvent haine, discrimination, intolérance, injustice, sexisme et homophobie.  La religion transmet la haine de la différence.   

Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir avant que l’homosexualité ne soit véritablement acceptée dans notre société.  Dernièrement, en Grande-Bretagne, une pub de Heinz aurait été censurée et retirée des ondes suite à des centaines de plaintes de téléspectateurs qui n’étaient pas prêt à voir devant leurs yeux deux hommes se donner un petit bec sur les lèvres.  Voyez l’annonce ici

Lord’s Gym, quand Jésus devient culturiste


Centre de musculation pour chrétiensContrairement à Mahomet, Jésus n’est pas interdit de représentation dans la religion chrétienne et catholique.  Au fil du temps, en plus de parsemer nos églises de vitraux et nos sanctuaires de statues,  Jésus depuis les années 70 a subit toutes sortes de transformations, que ce soit sous forme de marionnette sous la création de Claude Lafortune et de son Évangile en papier, en passant par le Jésus de la comédie musicale Jesus christ superstar, jusqu’à aujourd’hui à travers le Jésus-samouraï du bédéiste japonais Siku et du Jésus-culturiste des clubs de gym chrétiens Lord’s Gym.   Dans ce dernier cas, il ne s’agit plus d’un Jésus rachitique, portant des sandales en terre cuite et des manches de soutane trainant jusqu’à terre, mais d’un Jésus fort, musclé, qui semble fier de porter sa croix, la croix semblant même le propulser par en avant.  Jésus ressemble aux dieux grecs de l’Antiquité, rempli de testostérone, prêt à affronter tous les dangers, la croix semble son arme, ses ailes, sa force, son allié.  Sur l’enseigne du club d’entraînement de Roseville en Californie, où l’on ne pratique pas le yoga mais le « Yogod », où l’on marche sur des tapis roulants baptisés « Chariots de feu » tout en lisant sa Bible et où l’on peut déguster, après autant d’exercices, des cocktails au bar La Terre Promise,  Jésus jaillit du sol, transportant sa croix sur ses épaules, luttant pour remonter à la surface, luttant contre sa destiné, contre la mort.   Pour les musulmans Mahomet est un combattant, un héros, celui qui porte fièrement le sabre, l’épée devant l’adversité, alors que Jésus est celui que l’on représente sur la croix, celui qui a perdu devant l’adversité, celui qui a baissé les bras, celui qui n’est pas allé au combat, celui qui préférait tendre l’autre joue et pardonner plutôt que de se battre et lutter.  Les chrétiens auraient-ils eux aussi besoin d’un prophète et d’un dieu fort, vaillant, combattif, qui traverse les obstacles, un battant, un lutteur ?

Le voile un choix ?


Cette photo a été prise hier, lors de ma visite photo au parc des chutes Montmorency dans la région de Québec.  Aussitôt sorti du poste d’accueil, voilà que m’explose en pleine figure une petite famille, un père et ses quatre enfants, deux petits garçons déguisés en Saïd Jaziri, en imam, et deux fillettes couvertes des pieds à la tête, de noir vêtu, sous une température approchant les 25 degrés celcius, soleil de plomb, que les yeux qui dépassent, deux enfants qui devaient drôlement transpirer sous leur habit de plomb.  Mais je me demandais s’il s’agissait de leur décision, si vraiment ces jeunes filles avaient pris la décision de porter le niqab (upgrade du hijab) en toute connaissance de cause où n’était-ce pas plutôt une imposition d’un père dogmatique, le même type d’imposition qu’une famille qui marie ses enfants de force.  Peut-on à cet âge prendre une telle décision en toute connaissance de cause ?

Quand l’islam devient une mode


Quelques t-shirts que l\'on peut retrouver sur le site Styleislam.com

L’islam semble avoir la cote.  Aujourd’hui les gens en manque de sens, en quête de « spiritualité » se tournent de plus en plus vers l’islam.  Il s’agit probablement de la religion qui enregistre la plus forte croissance de fidèles depuis ces dernières années. L’islam prend de l’expansion, a le vent dans les voiles, à tel point que certains designers de mode profitent de l’occasion pour faire d’une religion rétrograde, une religion « cool », « in », à la page.  C’est vrai qu’à première vue, si on ne porte pas attention aux messages inscrits sur les tee-shirts, le design, les couleurs, le lettrage, les dessins s’inscrivent dans une tendance urbaine tout à fait à la mode.  Mais derrière le look, derrière les créations d’un jeune designer musulman de 33 ans, Melih Kesmen, derrière sa compagnie styleislam se cache le message, un message rétrograde et bien souvent mensonger.  En effet sur certains tee-shirts on peut y lire des slogans tels que « Hijab supporter » ou encore « Jesus was a muslim » (Jésus étant né bien avant que la religion musulmane et son prophète ne voient le jour).  Ce qu’il faut comprendre c’est qu’il n’y a rien de cool à véhiculer des messages rétrogrades, comme il n’y a rien de cool à porter des chandails à l’effigie de Che Guevara.  Ce mouvement s’inscrit à mon avis dans une sorte de propagande pernicieuse, servant à rendre « in » ce qui ne l’est pas.  N’oublions pas qu’au nom d’Allah, des centaines de personnes meurent chaque jour.  Il s’agit d’une doctrine qu’il faut critiquer et non pas en porter fièrement les symboles et les croyances.